WE'RE THE MISFITS OUR SONGS ARE BETTER

WE'RE THE MISFITS OUR SONGS ARE BETTER

10 ESCAPADE (2)

ESCAPADE (2)

 

Note de l'auteur :

 

Mary a pris sa décision : Elle ira passer une audition à Starlight Music. Après une longue absence j'ai repris le collier en écrivant enfin la suite de mon histoire. Toutes mes excuses ! J'ai été très occupé ces derniers temps. Mais voici la suite tant attendue de cette histoire ! Nous entrons de plein pied dans l'aventure artistique de notre petite Mary.

 

Jem and the Holograms, Kimber Benton, Mary Philips, Craig Philips and all caracters are a trademark of Hasbro, Inc. All rights reserved.

Copyright 2007 Hasbro, Inc

Copyright 1985-2007 Sunbow Productions, Inc

 

CHAPITRE 10

 

Je m'appelle Mary Philips… Mais vous me connaissez mieux sous le nom de Stormer, membre du plus célèbre groupe de Rock des Etats-Unis : LES MISFITS ! C'est sur les conseils avisés de mon amie Kimber Benton que je prends la plume pour raconter mon histoire.

 

-------------------------------------

 

Le bus se dirigea vers le centre ville emportant Mary toute excitée par son voyage. Il est vrai que c'est sa première audition et elle pria pour que tu se passes bien. Son plan est bien au point mais la jeune fille doit aussi compter sur son sens de l'improvisation car il y aura des obstacles sur son chemin. D'abord comment franchir le barrage du secrétariat ? A quel étage siègent les Benton ?

 

Comment va réagir Craig ? Il n'est que 9h30 mais je parie que la directrice a déjà appelé chez nous pour signaler mon absence… Cela n'a aucune importance puisque je ne reviendrais pas dans ce lycée ! Ma vraie vocation est dans la musique ! Je le sais maintenant !

 

Tout ne s'annonce pas si mal : Mercredi, elle a rendez vous à la pension Gabor pour passer une audition avec Pizzazz. Sa seconde audition ! Pour une fille qui n'est pas encore professionnelle, sa carrière commence relativement bien !

 

Maman répétait souvent qu'il fallait toujours aller jusqu'au bout de ses rêves quelques soient les difficultés. Le vrai courage est de faire ce qui est juste ! Ne t'inquiète pas, maman : Je n'ai pas l'intention d'abandonner ! J'irais jusqu'au bout de mes rêves ! Je te le promets !

 

La jeune fille sourit. Ses parents sont partis trop tôt. C'est dans des moments pareils qu'ils me manquent… Songea tristement Mary en essuyant une larme. Ce genre de chose ne devrait pas exister ! Pourquoi certains parents doivent-ils partir si vite ? Ils me manquent terriblement….

 

-------------------------------------

 

Nous sommes en Angleterre dans une banlieue proche de Londres. La famille Philips s'était installé ici depuis trois ans suite à une proposition d'emploi. Mary s'est fait beaucoup d'amis et se plaisait bien en Europe. Craig était batteur au lycée et remportait un vif succès auprès des filles. Lorsque sa petite s?ur s'étonnait de ne jamais le voir sortir le soir, il répondait invariablement : « J'ai des choses plus importantes à faire que de sortir avec des filles ! » La jeune fille alors âgée de 12 ans s'était alors demandé si Craig avait autant de charme que ça ? Peut être qu'il ne s'intéresse pas aux filles… ...

 

Jonathan Philips était ingénieur et travaillait dans une usine. Il expliqua un jour à sa fille qu'il passait son temps à dormir en évitant que son patron ne le surprenne. Ce qui rendait sa mère, Elisabeth, furieuse.

 

« Ne dis pas de bêtises pareilles devant Mary ! » S'exclama-t-elle, outrée par le comportement de son mari.

 

La vie des Philips était ainsi ponctuée de scènes de ménages et d'immenses éclats de rires. On aurait pu se croire dans un de ces films familiaux où tout le monde est heureux… Malheureusement la réalité est toute autre. Le 15 Septembre, une date gravée à jamais dans la mémoire de Mary, restera celle du malheur. Une véritable tragédie frappa les enfants Philips et blessera le c?ur de la jeune fille.

 

Tout se passa au ralenti comme dans un film en noir et blanc. La pendule sonna 8 heures et Mary, vaguement inquiète de l'absence de ses parents, entendit frapper à la porte. Craig doit être au téléphone, Se dit la jeune fille. Elle ouvrit la porte et se retrouva face à deux policiers. Voyant leurs visages blêmes et tristes son c?ur s'arrêta de battre et elle n'entendit que vaguement les policiers lui annoncer la mort de ses parents. Un stupide accident de voiture ! Disait l'homme de gauche avant de recevoir un coup de coude dans les côtes de son supérieur. Mais La jeune fille ne broncha pas. Son cerveau était en train de digérer l'information : Mes parents sont morts !

 

Reprenant contact avec la réalité, Mary se mis à hurler ! Hurler de toutes ses forces ! Le monde tournait autour d'elle et elle ne percevait plus rien… Sauf une douleur intense dans le coeur ! Une impression de déchirement !!! Elle hurlait encore lorsque Craig arriva en courant.

 

Jamais une soirée n'avait été aussi triste dans la petite banlieue qui abritait la maison des Philips désormais orphelins. La jeune fille passa un mois enfermé dans sa chambre à pleurer. Elle ne voulait voir personne et il fallut toute la persuasion de Craig pour lui redonner goût à la vie. Heureusement elle avait beaucoup d'amis qui l'aidèrent à surmonter la douleur… Du moins en partie.

 

La vie devint plus difficile pour nos deux amis. Craig continua ses études au lycée mais chercha un travail tandis que Mary fit du baby-sitting pour arrondir ses fins de mois. Heureusement John et Elisabeth Philips avaient inculqués plusieurs valeurs à leurs enfants comme la force et la ténacité. Craig finit par obtenir son examen et s'orienta vers la musique. Mary termina ses études au collège en obtenant des notes médiocres… « Je déteste les cours ! Je préfère jouer de la guitare dans mon coin… m'évader en écrivant des textes et entrer dans mon monde où tout est parfait ! »

 

Jusqu'à ce jour où, obtenant un poste de musicien, Craig du déménager à Los Angeles… Avec Mary.

 

-------------------------------------

 

Un coup de frein sec fit basculer Mary en avant, effaçant ainsi ce souvenir douloureux. La jeune fille eut soudain conscience qu'elle était arrivée. Agrippant sa guitare et son sac elle joua des coudes parmi le flot de voyageur et posa le pied à terre, juste en face du grand immeuble en verre qui portait le panneau « Starlight Music » !

 

« Enfin ! Me voici au terme de mon escapade ! »

 

Prenant une bonne bouffée d'air, la plus jeune des Philips poussa la double porte de verre et pénétra dans le bâtiment.

 

La salle d'accueil est à l'image du building : Immense ! Des gens allaient et venaient… Des hommes importants en costume cravate, des personnes que Mary identifia comme étant des chanteurs ou du moins travaillant dans le milieu. Tout au fond du hall on pouvait voir un grand bureau où des jeunes femmes répondaient au téléphone et renseignaient les gens. A droite du bureau se trouvaient les ascenseurs et à gauche une grande salle d'attente où on pouvait se restaurer ou regarder la télévision.

 

« Je ne savais pas que Kimber était riche ! » S'exclama Mary.

 

« Je peux t'aider, petite s?ur ? » Lui demanda alors une jeune femme blonde.

 

Mary sursauta. Elle tourna la tête vers la jeune femme et lui sourit. « Petite s?ur ! » Avec un peu de chance, c'est la même femme qu' hier au téléphone !

 

« Bonjour madame. J'ai besoin d'aide, en effet. J'aimerais, si c'est possible, rencontrer Monsieur Benton. »

 

« Tu veux rencontrer le grand patron ? Tu as rendez-vous ? »

 

« Je n'ai pas de rendez-vous à proprement parler mais je suis une amie de leur fille : Kimber et elle m'a dit que je pouvais venir ici quand je voudrais. Je sais que j'aurais peut être du appeler mais ...… »

 

L'hôtesse hésita. Cela fait un an qu'elle travaille à Starlight Music et son travail consiste à répondre au téléphone, accueillir les gens, les renseigner et surtout à expulser les intrus ! Et cette gamine en est une ! Mais le fait qu'elle connaisse la fille du patron changeait les règles du problème. Que faire ? La chasser au risque d'avoir des problèmes plus tard si cela venait à remonter aux oreilles de monsieur Benton ? Et si c'était une menteuse ? Elle pourrait perdre sa place !

 

« Très bien. Monsieur Benton est occupé pour l'instant alors je vais t'envoyer chez son bras droit. Tu verras : Il paraît un peu revêche au premier abord mais c'est quelqu'un de bien ! Il s'appelle Eric Raymond et son bureau se trouve au vingtième étage, porte de gauche en sortant de l'ascenseur. »

 

Bien qu'un peu déçue, Mary approuva de bonne grâce. Son plan n'a pas entièrement fonctionné mais au moins elle n'a pas été viré. Cependant la jeune fille aux cheveux bleus éprouvait un grand frisson à l'énoncé de ce nom… Eric Raymond ! Comment aurait-elle pu savoir qu' il allait devenir le manager des Misfits ?

 

L'hôtesse désigna du doigt les ascenseurs. « Prends celui de gauche il est plus rapide ! Bonne chance ! »

 

Oui. J'en aurais besoin ! Je ne sais pas qui est cet homme mais il sera sûrement plus difficile à convaincre que l'hôtesse. C'est peut être pour ça qu'elle m'a envoyé vers lui : Pour être sûre que je ne suis pas une menteuse ! Mais ce n'est pas le moment de me dégonfler.

 

Peu rassurée, Mary entra néanmoins dans la cabine et presse la touche du vingtième étage. L'ascenseur se mit en marche. Bien qu'elle ne l'aurait jamais avoué, elle se sentait très excitée. Elle avait très envie de faire ses preuves et prouver au monde qu'il devait maintenant compter avec Mary Philips.

 

-------------------------------------

 

Une dizaine de minutes plus tard notre amie s'engage dans le long couloir éclairé par des néons. Une vraie route de stars ! Pensa elle en souriant. Il ne manque plus que le tapis rouge et les photographes. Mais ce n'est pas le moment de penser à ça… Voyons : L'hôtesse a dit à gauche en sortant de l'ascenseur. »

 

La future Stormer s'arrêta quelques instants devant la porte fermée. Il y avait un grand écriteau marqué « E. Raymond ». Un nom qui sonnait  étrangement à ses oreilles. Une drôle d'impression de « déjà vu ». Elle était devant le fait accompli. Aura-elle de courage d'aller jusqu'au bout ? Elle pensa à Craig et à ses efforts pour l'élever, à ses amies en Angleterre qu'elle a du quitter, à cette espèce de folle qui dirige le lycée où elle ne remettra plus jamais les pieds.

 

Elle frappa trois coups.

 

Silence.

 

Elle refrappe en mettant plus d'énergie.

 

« Entrez ! »

 

Mary entra dans le bureau.

 

Le bureau est vaste et pourrait l'être encore plus s'il y avait davantage de lumière. Des récompenses siègent sur la grande étagère du fond qui contraste fortement avec la pauvreté du mur d'un jaune moisi. Mary nota la présence d'un grand billard juste à côté de l'homme qui semblait examiner un dossier mais en réalité feuilletait un magasine. Il n'a pas l'air de travailler beaucoup ! Se dit-elle en hochant la tête en signe de désapprobation.

Au centre se trouve un grand bureau en chêne massif avec tout ce que cela doit comporter comme accessoires : un ordinateur, un minitel, trois téléphones et des dossiers partout ainsi qu'une collection incroyable de cigares… cubain, comme de juste !

 

Cet homme ne me plaît pas. Il dégage des ondes tellement mauvaises que je pourrais presque les toucher.

 

« C'est à quel sujet, petite ? Je suis très occupé et je n'ai pas le temps pour les autographes ou des bêtises du même genre ! »

 

« Bonjour Monsieur Raymond. L'hôtesse d'accueil m'a dit de m'adresser à vous. Voila : J'aimerais voir Monsieur Benton. » Commença Mary, mal à l'aise.

 

« Le patron ? Pourquoi ? Le patron est un homme très important et il n'a pas de temps à perdre avec des gamines dans ton genre ! Alors sois gentille et va-t-en maintenant ! Allez, ouste ! »

 

Le ton est sans appel et Mary sentait bien que Raymond ne fléchirait jamais. Elle s'excusa et sortit de la pièce.

 

« Ah ces gosses ! Ils deviennent de plus en plus effronté de nos jours ! Les parents ne sont même plus capables de les dresser comme il faut ! Triste époque, je vous jure ! » Pesta-t-il.

 

-------------------------------------

 

Arpentant le couloir Mary réfléchissait à toute vitesse. Il était hors de question de renoncer si près du but ! L'hôtesse l'avait conduite vers un cul de sac en croyant qu'elle allait se faire renvoyer ! Mais c'était mal connaître ses possibilités. La jeune fille était dans la place et il restait maintenant à trouver l'étage des Benton.

 

« Logiquement le bureau d' Emmet Benton devrait se trouver au dernier étage. Allons nous en assurer ! »

 

Aussitôt dit, aussitôt fait. L'ascenseur la conduisit au dernier étage du bâtiment. C'est une chance qu'il n'y ait que cinquante étages dans ce building… J'imagine le jour où l'ascenseur tombera en panne… Ah ! Nous y sommes ! Ma petite Mary, c'est le moment de te montrer débrouillarde !

« Hey ! Je peux t'aider ? » 

Mary sursauta. Elle était tellement stressée et tendue vers son objectif qu'elle n'avait pas entendu ce jeune garçon se glisser derrière elle et lui toucher l'épaule. Elle se retourna et fit face à un jeune garçon d'allure athlétique, portant une veste sport et un jean violet de la même couleur que ses cheveux. Il lui sourit.

 

Reprenant son souffle, Mary essaya de prendre une voix détachée tout en espérant ne pas trop trembler.

 

« Oui. Je cherche le bureau de Monsieur Benton. Je suis une amie de sa fille, Kimber. »

 

« Oh, tu es une amie de Kimber ? Très bien ! Moi je suis le petit ami de sa s?ur, Jerrica ! Je m'appelle Rio Pacheco et toi ? »

 

« Stormer ! Euh… Je veux dire Mary ! Mary Philips ! » Répondit-elle en rougissant légèrement.

 

« Okay, Mary ! Tu cherches le bureau d'Emmett Benton, n'est-ce pas ? Tu te trouves au bon étage ! Tu vois la porte près de l'extincteur ? C'est ici ! Mais tu sais… Je ne pense pas qu'il aura le temps de te recevoir ! Avança Rio en se grattant la tête. C'est un homme très occupé et… »

 

« Merci beaucoup, Rio ! Je vais tenter ma chance ! » Le coupa Mary. Et d'un pas assuré s'éloigna vers l'endroit désigné.

 

Cette fille a quelque chose de bizarre. Mais je ne serais dire quoi ! Songea Rio avant de tourner les talons.

 

Arrivée devant le bureau présumé du patron de Starlight Music, la futur Misfits respira profondément pour retrouver son calme.

 

Elle frappa.

 

« Entrez ! »

 

Cette fois la voix était plus chaleureuse. La jeune fille aux cheveux bleus pénétra dans la pièce et fut ébloui par sa taille et par la chaleur qui s'en dégageait. Rien à voir avec le bureau d'Eric Raymond. Oh non ! Il y avait des posters d'une jeune chanteuse blonde, des disques de platines, des récompenses mais aussi des graphiques, des photos d'enfants et une superbe photo de Kimber Benton jouant de la guitare sur les genoux de sa mère. Mais ce qui l'a frappe c'est l'incroyable chaleur qui se dégage de la pièce… On aurait presque dit un solarium. Son regard se promena dans l'espoir de rencontrer Emmet Benton et presque aussitôt elle vit un couple occupé à classer des dossiers.

 

A son entrée, un homme d'une trentaine d'année et une jeune femme blonde levèrent la tête. D'emblée la femme lui sourit et Mary se sentit traversée par une onde de souvenirs. Elle ressemble à ma mère ! Se dit Mary en essayant de ne pas pleurer.

 

L'homme qui devait être Emmett benton s'approcha de Mary.

 

« Eh bien, que me vaut l'honneur de cette visite, jeune demoiselle ? Et comment as-tu fais pour arriver jusqu'ici ?»

 

Sans réfléchir à ce qu'elle allait dire Mary répondit d'une voix ferme: 

« Je m'appelle Mary et je viens passer une audition. »

 



04/09/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres