WE'RE THE MISFITS OUR SONGS ARE BETTER

WE'RE THE MISFITS OUR SONGS ARE BETTER

21 LE CRI DU COEUR

LE CRI DU COEUR !

 

Note de l'auteur :

 

La jeunesse de Stormer continue.  Quelles sont ses motivations ? Pourquoi est-elle devenue une Misfit ? J'aimerais rendre hommage à Christy Marx et à toute son équipe qui ont su créer un personnage aussi attachant que Stormer… Sans oublier les fabuleuses Misfits.

 

Jem and the Holograms, Kimber Benton, Mary Philips, Craig Philips and all characters are a trademark of Hasbro, Inc. All rights reserved.

Copyright 2007 Hasbro, Inc

Copyright 1985-2007 Sunbow Productions, Inc

 

CHAPITRE 21

 

Je m'appelle Mary Philips… Mais vous me connaissez mieux sous le nom de Stormer, membre du plus célèbre groupe de Rock des Etats-Unis : LES MISFITS ! Ceci est mon histoire… En lisant mes notes au fur et à mesure, Kimber s'est aperçue qu'elle ne savait pas grand-chose sur ce que je faisais avant d'être une Misfits. Je suppose qu'ayant partagé de nombreuses aventures ensemble elle croyait tout savoir sur moi ! Elle m'a fait part de son enthousiasme à lire mes mémoires (quel vilain mot !) et m'a incité à écrire encore plus. Merci à toi Kimber Benton ! Pour tout ! Je t'aime petite sœur.

 

-------------------------------------

 

Los Angeles. Il est 17 heures trente. L'air devient réellement irrespirable. Le soleil couchant n'apporte pas la fraîcheur souhaitée : Il fait de plus en plus lourd et nombreuses sont les personnes qui se promène en pleine ville à la recherche d'une once de fraîcheur.

 

Une petite voiture rouge roule à vive allure et atteint la sortie de la ville. Craig Philips et sa petite sœur se dirigent vers la Pension Starlight pour avoir une explication avec Monsieur et Madame Bento.. Bien qu'incommodée par la chaleur qui règne à l'intérieur de l'habitacle, Mary est songeuse. Elle n'aimait pas ce genre de situation mais il fallait la régler.

 

« Mary ? Ne t'inquiète donc pas, nous sommes bientôt arrivés. »

 

« C'est justement ça qui m'inquiète, Craig. » Répondit la jeune fille en touchant la petite fleur rouge posée sur ses cheveux bleus frisés.

 

Tout en regardant la route Craig fronça les sourcils. Déjà que sa sœur l'avait obligé à sortir en fin d'après-midi ! Elle ne va changer d'avis, tout de même ?

 

Comme si elle avait lu les pensées de son frère, Mary sourit : « Ne t'inquiète pas, Craig: Je n'ai pas l'intention de renoncer. C'est quelque chose d'important pour moi. Il faut que je m'explique avec Jacqui et Kimber. J'ai vraiment besoin d'elles et… Oh ! Nous sommes arrivés ! Regarde… C'est la petite propriété là, près des arbres. »

 

Craig gara la voiture près d'un grand chêne. Déjà Mary était sorti et contemplait la propriété.

Elle ne paye pas de mine. Je croyais que les Benton étaient riches ! Leur maison est un peu plus grande que la nôtre et toute en bois… Peut être sont-ils heureux ici ? Pourtant l'expérience lui a appris à ne jamais juger les gens et les choses sur leurs apparences mais la jeune fille restait sceptique. *

 

Alors qu'ils sortaient de la voiture, ils aperçurent une petite fille blonde de six ans aux cheveux hirsutes les montrer du doigt en criant.

 

« Madame Benton. Nous avons des visiteurs ! »

 

Et déjà la fillette courrait en tous sens les bras écartés comme pour simuler le vol d'un avion.

 

« Ashley ! Combien de fois t'ai-je dit de ne pas te comporter ainsi en public. Tu es insupportable ! »

 

Mary et Craig tournèrent la tête et aperçurent une jeune femme blonde habillée d'une superbe robe bleue à bretelles. Elle avait l'air fâché contre la jeune fille mais son expression changea lorsqu'elle reconnut les visiteurs.

 

« Mary ? C'est bien toi, ma petite Mary ? Tu es venue avec ton frère ? »

 

Jacqui Benton avait l'air très heureuse de cette visite et s'empressa d'aller serrer la petite visiteuse dans ses bras. Mary était très gêné mais Craig affichait un grand sourire lorsque sa patronne lui serra la main.

 

« Comment allez-vous Madame Benton ? Je m'excuse pour cette visite tardive mais ma petite sœur tenait absolument à vous voir. »

 

« Oh, je comprends très bien. Se tournant vers Ashley elle lui demanda d'aller chercher Kimber. Je pense que nous devrions rester ici : Il y fait plus frais et nous y serons mieux pour discuter. »

 

Tandis qu'Ashley courrait chercher Kimber, Jacqui les invita à s'asseoir sur des chaises de jardin autour d'une petite table ornée d'un parasol.

 

« Alors que me vaut l'honneur de cette visite ? Tu voulais me parler, Mary ? »

 

La jeune fille aux cheveux déglutit. Elle avait cherché  pendant tout le voyage ce qu'elle allait dire mais maintenant sa gorge est sèche. Fronçant les sourcils elle se demanda comment entamer la conversation. Heureusement une voix bien connue éclata derrière elle à son grand soulagement.

 

« Tu as demandé à me voir, maman ? »

 

Kimber contourna la table et s'arrêta lorsqu'elle vit Mary assise tranquillement auprès de sa mère. Les deux filles se dévisagèrent un instant puis Kimber, tournant les talons, courut précipitamment vers sa maison. Mary, plus prompte encore, bondit de sa chaise et rattrapa la petite rouquine par le bras. Celle-ci protesta vigoureusement.

 

« Lâche moi tout de suite, Philips ! Je ne veux plus te voir, tu m'entends ? Laisse moi tranquille ! »

 

Mary prit son amie par les épaules et l'obligea à la regarder. Après quelques secondes de confrontation Kimber baissa les yeux.

 

« Ecoute moi Kimber : Tu es ma meilleure amie et tu l'as prouvé de nombreuses fois. Il est vrai que je n'ai peut être pas été totalement franche avec toi mais je suis ici pour avoir une conversation avec toi et ta mère. J'aimerais m'expliquer pour dissiper tous malentendus. Alors, viens t'asseoir avec nous, s'il te plaît. »

 

Le ton de Mary était sans appel. Toujours bougonnant, la petite rouquine aux tâches de rousseurs alla s'installa près de Jacqui, les bras croisés en signe de défiance.

 

 « Kimber. Je vais te dire pourquoi j'ai passé une audition à Starlight Music. La jeune fille fit une pause de quelques secondes puis reprit. Craig et moi sommes arrivés à Los Angeles depuis peu de temps. Au départ je n'étais pas d'accord pour faire ce voyage : Je vivais depuis très longtemps en Angleterre, bien que d'origine irlandaise, Puis et survenue la mort de mes parents. » (Petite pause.)

 

Jacqui et Kimber arboraient maintenant un air plein de tristesse et de compassion pour les Philips. Mary jeta un coup d'œil à son frère et continua.

 

« Ma mère m'a appris à chanter et à jouer de plusieurs instruments. Ils nous arrivaient même de chanter toutes les deux ! Cela reste un très bon souvenir… Après sa mort je me suis juré de devenir chanteuse comme elle l'aurait voulu et j'ai travaillé d'arrache pied pour être la meilleure. J'étais perdu lorsque j'ai posé le pied dans cette grande ville et je voulais retrouver mes repères le plus vite possible. J'ai rencontré votre fille au restaurant et nous avons noué une solide amitié Heureusement car cela m'a permis de reprendre un peu confiance en moi. J'étais dans cet état d'esprit lorsque je me suis inscrite à mon lycée. La directrice et les professeurs m'ont prit pour une tête de turc et c'est Kimber qui m'a sauvé la vie ce jour-là en m'offrant son amitié… »

Imperceptiblement Jacqui prit sa fille dans ses bras pour lui montrer à quel point elle est fière d'elle. Ce geste fit sourire Mary qui se revoyait dans les bras de sa propre mère quelques années plus tôt. Ce souvenir douloureux lui pinça le cœur. 

« Après mon déjeuner avec Kimber je me suis sentie d'attaque pour la suite. Heureusement, je n'avais qu'un cours. Le seul qui m'enchantait vraiment : Celui de musique. J'ai rencontré alors le seul professeur qui m'ait respecté et donné des conseils. Il est devenu clair pour moi que ma voie se situerait dans le monde de la musique. C'est en rentrant chez moi que j'ai eu l'idée d'aller passer une audition. »

 

Jacqui Benton suivait le récit de la jeune fille avec intérêt : Connaître le parcours d'une future artiste l'intéressait beaucoup. En particulier celui de Mary. La jeune femme observa en douce sa fille et fut étonné de la voir aussi captivé. Malgré ses dénégations il est clair que Kimber n'a jamais renoncé à son amitié. 

 

« Je passe beaucoup de choses sous silence mais pour le moment j'aimerais d'abord expliquer à votre fille pourquoi j'ai passé une audition sans lui en parler et quelles étaient mes motivations, si vous le permettez Madame Benton. Donc de retour à la maison j'ai décidé de quitter le lycée pour me consacrer à la musique mais j'avais encore des doutes : Etais-je à la hauteur ? Il fallait que je passe une audition… Mais où ? Je savais que les parents de Kimber étaient propriétaires d'une grande maison de production et accessoirement les patrons de mon frère. Je me suis donc mis au travail en téléphonant à votre société pour m'assurer de votre présence pour le lendemain… J'ai passé toute la nuit en me demandant comment ça allait se passer mais j'ai gardé courage car je me suis dit que c'est ce que maman aurait voulu. »

 

Craig Philips passa la main dans les cheveux de sa petite sœur et la serra contre lui. 

 

-------------------------------------

 

Tandis qu'ils discutaient autour de la table, Jerrica, intriguée par l'absence de sa mère et de sa sœur, venait aux nouvelles. Sortant de la maison elle les aperçoit discutant avec deux personnes qu'elle identifia sur le champs. Le visage de l'homme lui disait quelque chose mais la jeune fille…. Mais oui : C'est cette petite fouineuse de Mary Philips ! Que vient-elle faire ici ? Se demanda-elle, furieuse de sa présence dans son propre jardin. J'espère qu'elle ne va pas nous créer des ennuis !

 

La petite blonde en était encore là de ses réflexions lorsqu'une jeune fille asiatique vient lui tapoter l'épaule. Elle se retourna et reconnut son amie Aja.

 

« Tu as vue, Jerrica ? Jacqui et Kimber ont de la visite ! C'est le beau jeune homme que nous avons rencontré au restaurant l'autre jour. Je me demande ce qu'ils se disent ? J'aimerais beaucoup lui parler… ». Aja Leith était une superbe petite asiatique.

Jerrica connaissait assez son amie pour savoir qu'elle craquait complètement sur lui. Mais ce n'était pas le problème le plus immédiat : Comment faire pour éloigner cette fille qui a une très mauvaise influence sur Kimber ?

-------------------------------------

 

« Je pense qu'il n'est pas indispensable que je raconte en détail comment c'est passé cette audition : Jacqui Benton a été adorable avec moi et m'a donné de précieux conseils ! Elle m'a dit de ne jamais abandonner quoi qu'il arrive et si chanter était vraiment ce que j'aimais faire alors il faille m'accrocher et me battre ! C'est exactement ce que je voulais entendre. »

 

La jeune fille s'arrêta. A force de parler elle avait la gorge sèche et avait besoin de boire quelque chose. Comme si elle avait deviné ses pensées, Kimber se leva d'un bond et promit à ses invités de leur ramener une bouteille d'eau fraîche mais demanda à Mary de ne pas continuer son récit sans elle.

 

« Votre fille est vraiment formidable, madame Benton. Elle a une telle joie de vivre ! J'aimerais que ma petite Mary soit aussi insouciante qu'elle… » Soupira Craig.

 

Prenant la mouche Mary riposta aussitôt : « Dis tout de suite que je suis lugubre ! »

 

Jacqui rit de bon cœur. Craig et Mary s'entendent si bien… Comme mes enfants ! Je me demande combien de temps elles pourront rester amies ? Le monde du showbiz est très difficile et tôt ou tard elles seront en compétition… Face le ciel qu'elles restent toujours aussi bonnes amies.

 

« Voici la bouteille et les verres ! Tu vas pouvoir poursuivre ton histoire, Mary ! » Annonça joyeusement Kimber les bras encombrés. Elle remplit le verre de Mary et le lui tendit.

 

« Merci, petite sœur. » Répondit elle en lui souriant tandis que Jacqui resta muette de stupeur. Elle vient d'appeler kimber « petite sœur » ? Mais avant qu'elle n'ait pu s'interroger davantage, Stormer reprit le fil de son récit.

 

« Donc… L'audition s'était bien passée mais à mon retour à la maison j'ai eu la désagréable surprise de rencontrer la directrice de mon lycée. Elle a eu l'audace de venir annoncer à Craig mon renvoi du lycée en personne ! »

 

« C'est révoltant ! S'écria Kimber en tapant sur poing, renversant au passage le verre de sa mère. La petite rouquine devint rouge de honte mais Jacqui lui fit comprendre de ne pas s'en occuper.

 

« Heureusement nous l'avons envoyé paître. Ajoutant Mary avec un grand sourire. Elle en suffoquait de rage ! Se penchant vers la petite rouquine aux tâches de rousseurs elle lui dit : Kimber ! Je n'ai jamais voulu te faire du mal seulement… N'étant plus scolarisé j'ai du trouver du travail sans quoi j'aurais eu des ennuis avec l'administration. Mais pour que tu comprennes bien je vais revenir en arrière ! Jusqu'au soir de notre rencontre !

 

Au moment où Mary allait parler de Pizzazz, la petite Ashley revint en courant.

 

« Jacqui, Jacqui ! Un homme voudrait te parler ! Il m'a dit que c'était urgent et papa n'est pas là. Qu'est ce que je fais ? »

 

« Fais le rentrer, ma chérie. Je suis désolé pour ce petit contretemps, Mary. Cela ne durera pas très longtemps. »

 

« Ne vous en faite pas, Jacqui : Mon histoire n'est plus très longue maintenant ! Il commence à se faire tard et je pense que vous devriez vous occuper de vos enfants. C'est l'affaire d'une trentaine de minutes tout au plus. Kimber et moi en profiterons pour parler un peu. »

 

La jeune femme lui sourit et, se levant de table, contourna la maison de bois pour aller à la rencontre de ce mystérieux inconnu.

A peine Jacqui a-t-elle atteint le portail qu'elle poussa un cri de colère qui fit sursauter Kimber est ses invités. 

Très inquiets, Ils bondirent de leur fauteuil pour lui prêter main-forte. Lorsqu'ils arrivèrent, trempés de sueurs, près du portail ils virent la jeune femme se disputer violement avec un homme de grande taille, habillé d'un complet veston et malgré la chaleur ambiante, arborait une contenance de vainqueur. A dire vrai il ressemblait à un requin qui venait de faire un bon repas.

 

Mary ne mit que quelques secondes à s'apercevoir qu'elle connaissait cet homme qu'elle avait rencontré lors de son audition. L'adjoint de Monsieur Benton…

                                                    « ERIC RAYMOND ! » 

 

 * Je fais ici référence à la toute première Pension Starlight qui fut brûlée par Zipper lors du deuxième épisode de la série. Ensuite les Benton et les Starlight Girls viendront habiter dans un superbe manoir à la suite d'un concours remporté contre les Misfits.



04/05/2008

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres